• 15 Octobre 1944, Lune Bleue

     

    Les salons

     

    En me levant, j'avais un peu le cafard et j'ai beau y réfléchir, je ne sais toujours pas ce qui a pu déclencher cette humeur morose...

    Mouette et moi avons pris notre petit dejeuner habituel: thé et crème caillée (mais sans les scones, je n'en prends jamais). J'espérais que çela m'aiderait à me sentir un peu mieux, mais cela n'a pas été le cas. 

    Nous somme parties faire notre petite marche matinale vivifiante, je pensais alors que cela pourrait peut-être me remonter le moral, mais ça n'a encore pas été le cas. Qu'est ce qui n'allait pas chez moi aujourd'hui?

    J'ai donc éssayé de classer mes pierres, en les rangeant par ordre décroissant: des plus grandes aux plus petites; activité qui d'ordinaire me fait invariablement revenir le sourire. Cela a, cette fois-ci, juste démontré que la journée n'allait pas s'améliorer de sitôt.

    Durant l'après midi, mon humeur n'a fait qu'empirer et je suis restée assise dans le grenier à regarder fixement les chevrons du plafond. Et il était grand temps de dinner quand je me suis apercue que quelque chose bougeait là haut; mais je n'arrivais pas vraiment à voir ce que c'était. Cela reflétait la lumière et bougeait quand j'essayais de m'en approcher. Tout à coup, un rayon de lune à travers la fenêtre, le baignant d'une lumiere bleue, m'a permis de voir plus distinctement; Puis cela disparu... Mais cela m'avait donné une formidable idée.

     

    Les salons

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :